DEUXIÈME VIE

DIRECTRICE des ressources humaines dans une grande entreprise de communication, Wanda Parker est victime d'une défaillance cardiaque fulgurante et se retrouve – grâce à une greffe – porteuse d'un nouveau cœur : « la pompe », comme elle l'appelle. Physiquement, tout va pour le mieux. Mais la vie peut-elle reprendre comme si de rien n'était ? Qui est cet homme qui la suit comme son ombre ? D'où vient l'organe qu'on lui a implanté ? Et pourquoi contraint-il Wanda à se pencher sur les béances de son passé ? Au terme d'une quête existentielle haletante, c'est en intégrant ce cœur venu d'ailleurs qu'elle parviendra à se trouver elle-même…

Bernard Campiche Éditeur, 176 pages, avril 2018

campiche.ch/pages/oeuvres/Deuxieme_vie.html

Le cinéaste Marcel Schüpbach passe au roman et trouve un nouveau souffle

Clin d'oeil à son parcours, la "Deuxième vie" de Marcel Schüpbach est aussi celle d'une femme de quarante-sept ans qui renaît grâce à une transplantation cardiaque. Voici l’histoire d’une femme qui se réveille, un beau jour, avec le cœur d’un autre. Wanda est directrice des ressources humaines dans une grosse entreprise de communication et ce cœur nouveau, elle l’appelle sans état d’âme "la pompe". Une pompe efficace, à l’image de sa nouvelle propriétaire qui depuis l’enfance tient à distance ses émotions et gère ses obligations professionnelles avec une sèche compétence. Pourtant, rien n’est plus comme avant, Wanda s’en rend compte peu à peu. Les questions existentielles se bousculent et son rapport aux autres et à la vie va se transformer radicalement.

Depuis très longtemps, Marcel Schüpbach cherchait à élaborer un film de fiction autour de cette thématique sensible, la greffe cardiaque, sans parvenir à trouver le bon scénario. Il tourne alors, pour nourrir son approche, un documentaire TV qui suit, en 2005, l’aventure d’un coeur, du moment où il s’arrête de battre jusqu’à l’instant magique où les battements reprennent, dans la poitrine d’un autre. «C’est une histoire qui me poursuivait ou que je poursuivais et c’est un des reportages les plus foudroyants que j’ai pu faire, en particulier parce qu’il s’agissait d’une greffe pédiatrique», se souvient le cinéaste au micro de la RTS.

Quelque dix ans plus tard, la fillette greffée, devenue jeune adulte, appelle le réalisateur et tous deux décident de faire un autre film, ce sera "Deuxième souffle". Lorena y raconte ce que signifie pour elle devoir sa survie à la mort d’un autre enfant et sa relation à un cœur dont elle veut être à la hauteur. Fort de cette expérience qu’il décrit aujourd’hui encore avec émotion, Marcel Schüpbach se sent enfin prêt à construire une fiction mais décide d’abandonner l’image au profit des mots. Son roman est en route et son ami Bernard Campiche le publie. Ecrire un scénario ou écrire un roman, la différence est énorme mais, souligne Marcel Schüpbach, «je ne me prends pas pour un écrivain, je suis un cinéaste qui a souhaité raconter une histoire. Celle d’une enquête, car Wanda va chercher l’origine du cœur qui lui a été greffé, et celle d’une quête d’identité». Marcel Schüpbach a longuement travaillé les ressorts narratifs et le récit avance de découvertes en rebondissements, au rythme bien sûr des battements de cœur de son héroïne.

                                                                                                                                                           Anik Schuin/RTS Culture

Pour écouter l'entretien radiophonique avec l'auteur :

www.rts.ch/info/culture/livres/9574146-le-cineaste-marcel-schupbach-passe-au-roman-et-trouve-un-nouveau-souffle.html